Le Charolais a déjà conquis le cœur des éleveurs marocains

Dans la province de Sidi-Bennour (Doukkalla-Abda), reconnue comme une grande région d’élevage au Maroc, les taureaux Charolais issus du schéma Muscularité Précoce de Gènes Diffusion sont fortement appréciés pour leur facilité de naissance et leur développement musculaire remarquable.

A l’occasion de leurs stages de fin d’études, Mourad Chaoui, élève ingénieur zootechnicien à l’Institut Agronomique Hassan II et Alexandre Carlu, élève ingénieur zootechnicien au sein d’Agrosup Dijon (et détaché par Gènes Diffusion auprès de l’Association Nationale des Producteurs de Viandes Rouges du Maroc / ANPVR) ont pu se rendre dans la province de Sidi Bennour pour étudier les performances zootechniques des veaux croisés produits dans la région. A cette occasion, l’ANPVR (www.anpvr.ma) a mis à leur disposition les moyens nécessaires pour mener à bien cette enquête de terrain.

Croisée charolaisLa quasi-totalité des éleveurs enquêtés (37 au total) ont vanté les qualités de la race Charolaise à travers le croisement industriel. Le cheptel local est en grande partie composé de vaches laitières de race améliorée (race locale x Holstein ou Montbéliarde) et de vaches de race locale (Brune de l’Atlas). La facilité de naissance des produits est mise en avant par les éleveurs qui, la plupart du temps, n’interviennent pas lors du vêlage. Aucune césarienne n’a été réalisée dans les élevages étudiés lorsque le géniteur était de race Charolaise. Avec un développement musculaire très intéressant dès le plus jeune âge, les veaux croisés charolais se distinguent dès trois semaines où l’on remarque déjà une meilleure conformation comparés aux veaux de race locale ou améliorée. Le GMQ de ces veaux croisés est ensuite très intéressant ; il atteint en moyenne 1000 g/j contre 900 g/j pour les meilleurs spécimens en race améliorée et de 400 à 500 g/j en race locale.

Le souk de Sidi Bennour est l’un des plus grands souks de bovins engraissés du Royaume. La présence d’un grand nombre de broutards et de taurillons croisés Charolais montre à quel point la race est bien implantée dans cette région pionnière en matière d’élevage. Une demande de plus en plus forte des chevillards et des bouchers pour ce type génétique permet de se rendre compte que la race charolaise est appréciée et satisfait l’ensemble des acteurs de la filière bovine marocaine. Le prix de vente des ces taurillons croisés étant plus élevé, l’éleveur voit ainsi son revenu augmenter grâce à l’utilisation de la race Charolaise. Un taurillon croisé Charolais engraissé vendu à l’âge de 12 à 14 mois se vend entre 20 et 25 000 Dirhams (1 750 à 2 200€) contre 15 à 20 000 Dirhams (environ 1 300 à 1 750€) pour les taurillons de race améliorée.

Les campagnes de vulgarisation lancées par l’ANPVR dans l’ensemble du pays et la mise en place récente d’une subvention pour les éleveurs pratiquant le croisement terminal ont incité ces derniers à utiliser des taureaux tels que TRIO, VARS, BOOSTER, ou encore CALVIN. Ils imitent ainsi les éleveurs du Doukkala dont la renommée à travers le pays en matière de production de taurillons croisés n’est plus à faire. La race charolaise a donc de beaux jours devant elle dans ce Royaume où la demande est grandissante.

index charolais

INDEX

 

Charolais