GAEC Vauthier : l’élevage bien dans son époque

Damien VAUTHIERContrairement à certaines idées reçues, il n’est pas nécessaire d’attendre plusieurs générations de vaches avant de voir les premiers effets positifs de la génétique et de la pratique de l’IA en charolais. L’histoire du GAEC Vauthier (à Pouru aux Bois, dans les Ardennes) est là pour le prouver. En effet, en à peine 10 ans, le GAEC Vauthier est aujourd’hui à la tête d’un splendide troupeau de plus de 130 charolaises au niveau génétique élevé. Pour parvenir à ce résultat, la famille Vauthier n’a pas hésité une seule seconde à faire le choix de la génétique. Au bout de ces 10 années, Damien VAUTHIER compte plusieurs mères à taureaux dans son élevage et 3 veaux mâles entrés récemment dans le schéma de sélection Gènes Diffusion. Zoom sur ce jeune éleveur en phase avec son époque.

Damien VAUTHIER avec Stéphane THIBAUX, le Technicien Charolais de la CoopérativeInstallé avec sa mère il y a maintenant 10 ans, Damien VAUTHIER a constitué son troupeau actuel sur la base des 50 charolaises inscrites de l’époque qui appartenaient déjà à ses parents. A l’époque, le GAEC souhaitait passer son troupeau à 100 vaches. Aussi, Damien a repris une exploitation laitière (à 10 km de son propre élevage) pour la reconvertir en élevage allaitant, constituant à ce jour la première reconversion lait / viande du département des Ardennes. Par la suite, le GAEC élimina, petit à petit, les vaches achetées durant ces premières années pour concentrer son effort génétique sur le troupeau d’origine. Le troupeau d’aujourd’hui prend donc sa source sur celui d’il y a 10 ans.

Le troupeau du GAEC Vauthier monte jusqu'à 130 vaches pour 120 IAPour parvenir au résultat actuel, Damien VAUTHIER a accentué une pratique initiée par ses parents, et encore (très) originale en son temps : « Mes parents inséminaient déjà beaucoup à leur époque. Ils possédaient notamment un système entravé qui permettait de réaliser les IA en hiver » explique le jeune éleveur. Aujourd’hui, sur 130 vêlages, 120 sont issus d’IA. Damien ajoute que ses « veaux issus d’IA sont nettement meilleurs que ceux de monte naturelle ». Car oui, effectivement, l’éleveur a également fait appel au service du taureau au milieu de ses vaches. Et le constat est sans appel : « J’ai pratiqué l’IA et la monte naturelle en parallèle. Force est de constater que les veaux issus de monte naturelle ont fait reculer le troupeau, à l’inverse de l’IA qui le fait progresser. J’ai pris 2-3 "gamelles" avec la monte naturelle et j’ai vite compris la différence ».

La sécurité des index

Les index sont une valeur sûre pour le GAEC Vauthier. Ici Teinture, une fille de GENK x EX EDEN avec son veau de SISTERONLe fait de pratiquer l’insémination n’est pas la seule explication à la qualité du troupeau. En effet, Damien est également un passionné de génétique. « C’est un éleveur très regardant sur les index » explique Stéphane THIBAUX, technicien génétique du CEIA des Ardennes et conseiller génétique de l’éleveur. « Il ne veut prendre aucun risque sur la génétique qu’il utilise pour ses bêtes. Pour cela il a besoin de chiffres et de données fiables, d’où sa consultation systématique des index. C’est une sécurité pour lui ». L’éleveur affirme lui-même que les index favorisent « la progression du niveau de l’élevage et de la production du lait », critères inhérents à ses objectifs de sélection.

Néanmoins, la facilité de naissance reste quand même la priorité de l’éleveur. Avec 130 vêlages par an, l’éleveur oriente logiquement sa génétique vers le vêlage facile. Le vêlage facile et la production laitière sont les qualités maternelles recherchées par Damien VAUTHIEREt cela fonctionne. Aujourd’hui, la césarienne n’est quasiment plus pratiquée. « Certains collègues éleveurs ne veulent pas me croire mais sur mes 130 vêlages l’an dernier, je n’ai eu…que deux césariennes » précise Damien.

Génétiquement parlant, le vêlage facile ne doit pas être l’unique critère de sélection pour un troupeau de cette taille. Damien VAUTHIER l’a très bien compris et travaille aussi les qualités laitières de ses vaches. Aspect indispensable à la bonne marche du troupeau, les vaches doivent produire suffisamment de lait pour les veaux. « Il faut que ça pousse ! » résume Damien.

Parmi les taureaux utilisés au cours des derniers mois, on retrouve des grands noms de la génétique charolaise comme SUEDOIS, SYDNEY, NIPPUR, SNOOPY, POPULAIR, SISTERON et bien d’autres taureaux encore.

Chine, fille de SUEDOIS : 1ère de section au National Charolais 2009, Prix d'Honneur au départemental des Ardennes en 2008 et Championne Réserve à EpinalEnfin, le GAEC Vauthier n’est pas en reste non plus sur les critères de morphologie. L’éleveur estime que la morphologie de son troupeau progresse bien en s’alourdissant globalement. « Je le remarque surtout sur mes lots de génisses. Là, ça commence à ressembler à quelque chose » s’enthousiasme t-il. Amateur de concours, la morphologie de ses animaux répond de plus en plus aux critères recherchés. Pour preuve l’élevage est parvenu à décrocher plusieurs titres dont un 1er prix de section au National 2009 et un Prix d’Honneur Femelle Junior au concours reconnu du HBC Charolais à Rethel, toujours en 2009. « C’est bon pour l’image de marque de l’élevage de participer aux concours. Et puis c’est une satisfaction personnelle, on valorise le troupeau ».

Un troupeau qui commence à se diffuser

L'utilisation de la génétique et de l'IA a fait progresser rapidement le troupeau. Ici 2 filles de SUEDOIS (Chine, Chambery), 1 de PANORAMIX (Coblence) et 1 de MAGENTA (Chimère). Ces 4 femelles sont issues d'accouplements mères à taureaux.La valorisation du troupeau passe aussi par la qualité génétique présente dans les pâtures de l’élevage. Avec le niveau génétique atteint, l’éleveur commence, petit à petit, à se faire repérer par les acteurs de la filière. Plusieurs débouchés s’offrent à lui aujourd’hui : schéma de sélection Gènes Diffusion, vente de génétique, etc… Pour la première fois de son histoire, l’élevage a vendu cette année une quinzaine de femelles alors qu’auparavant, l’éleveur ne mettait en vente que des veaux mâles. « Avec la vitesse de croissance que son troupeau a atteint, il peut se permettre, maintenant, de vendre des femelles » assure Stéphane THIBAUX.

Damien VAUTHIER est donc à la tête d’un élevage qui a progressé très rapidement, grâce, entre autres, à l’apport de la génétique. Le jeune éleveur a vite compris le bénéfice qu’il pouvait en retirer avec, notamment, l’utilisation de l’IA. En éleveur prudent, il a pris la peine de comparer cette méthode avec la monte naturelle et a pu constater, de lui-même, ou était son intérêt.

Le GAEC Vauthier en quelques chiffres

 133 vêlages dont 122 veaux issus de taureaux d’insémination

 Troupeau inscrit au HBC

Niveau génétique de l’ascendance maternelle

INDEX TROUPEAU RACE
IF Nais
100,4
101,8
CR Sevr
102,4
98,6
DM
97,8
98,9
DS
103,4
99
ISEVR
101,8
98,2
AVel
102,1
100,7
ALait
102,6
99,9
IVMAT
103,2
98,3

Source BGTA édité le 12/05/10

Niveau génétique de l’ascendance paternelle

INDEX TROUPEAU RACE
IF Nais
98,8
99,4
CR Sevr
106,2
103,3
DM
100,3
101,3
DS
110,3
103
ISEVR
107,5
104,3
AVel
106,1
100,7
ALait
104,7
101
IVMAT
109,9
104,5

Source BGTA édité le 12/05/10

 + 8,1 kg incidence génétique au sevrage attendue sur la production.

 50 % de vaches qualifiées (RR4, RR3).

 80 % de taureaux utilisés qualifiés (Elite, RQM, RVS, testage).

 Accouplement d’une vingtaine de Mères à Taureaux.

 Signataire de la charte sans cornes GENES DIFFUSION et d’un contrat de Testage en Ferme.

Réagir à cette actualité

 

sébastien bonnabaud (04/06/2010) :

Félicitations

Bravo à cet éleveur pour avoir constitué un troupeau de cette qualité en seuleument 10 ans !!! A noter quand même que le troupeau de base est déjà inscrit et en grande partie isssu de l'IA. Quelles sont les étapes à franchir pour avoir un troupeau de cette qualité en partant d'un élevage non inscrit issu de monte naturelle comme le mien?

Votre avance est notre passion
  

Nouvellement créée par Gènes Diffusion (depuis septembre 2009), la Charte Sans Cornes repose sur un groupe d’éleveurs qui ont introduit le gène Sans Cornes dans leurs troupeaux. Cette communauté a permis la constitution d’une pépinière de mères à taureaux Sans Cornes de grande qualité et l’introgession du gène dans la base de sélection. Ainsi, les éleveurs ont pu utiliser une grande variété de doses Sans Cornes allant des reproducteurs les plus prestigieux de la gamme (VIRGIL SC, UNICO SC…) aux taureaux encore en phase de testage. Tirette, une fille de JUMPER avec son veau issu de ZART SC, un taureau Sans Cornes

En étant adhérent de la Charte Sans Cornes, Damien VAUTHIER réalise ainsi une vingtaine d’accouplements mères à taureaux par an pour les besoins du schéma de sélection. L’une des raisons pour laquelle l’éleveur a fait ce choix vient surtout de l’attrait commercial de la gamme Sans Cornes. « De plus en plus de clients me demandent du Sans Cornes » constate Damien.

Eleveur visionnaire et pragmatique, Damien VAUTHIER fait le constat suivant : « L’éleveur qui n’introduit pas aujourd’hui le gène Sans Cornes dans son troupeau sera rapidement en retard sur le progrès génétique ».

 Cliquez-ici pour voir le diaporama des meilleures souches du GAEC Vauthier

index charolais

INDEX

 

Charolais

 

Catalogue Charolais

Consultez en ligne le catalogue