GAEC de la Ferme MOREL : Toujours aller de l’avant

Début septembre, un 1er chantier de sexage d’embryons basé sur la méthode qPCR a été organisé au GAEC Ferme MOREL à Saint-Cyr-sur-Menthon, dans l’Ain. Il s’agit d’un élevage partenaire de Gènes Diffusion qui pratique la Transplantation Embryonnaire (TE) depuis 35 ans.

De gauche à droite : Etienne MOREL, Nicolas DEGLETAGNE, Xavier et Dominique MORELEn se passionnant pour la génétique, Dominique MOREL et ses associés ont choisi de ne pas exercer un métier d’agriculteur ordinaire. La génétique leur permet de faire progresser l’élevage. « Nous visons avant tout l’accroissement du potentiel laitier, mais aussi la vente de femelles qui représentait, jusqu’à l’arrivée de la génomique, la moitié du chiffre d’affaires lait », développe Dominique MOREL.

Réduire l’intervalle de générations

Le bâtiment du GAEC de la Ferme MorelPar an, 25 à 30 collectes sont effectuées et une cinquantaine d’embryons sont achetés outre-Atlantique. La TE permet de démultiplier les meilleures souches du troupeau et les lignées issues d’embryons importés des USA et du Canada. « Avec l’arrivée de la génomique, notre intérêt pour la TE s’est renforcé afin de réduire davantage l’intervalle de générations et garder de l’avance dans un monde où tout s’accélère », souligne l’éleveur.

Dans ce cadre, le GAEC estime que le sexage embryonnaire est la solution idéale pour optimiser la gestion des receveuses. Sont uniquement transplantés les embryons de sexe femelle. « Vu le coût que représentent la mise en place de l’embryon et l’immobilisation d’une receveuse, il n’est pas intéressant pour nous de produire un mâle dont le prix de vente s’élève uniquement à environ 80 euros », explique Dominique MOREL.

Vincent HERBIN, du Pôle TE de Gènes Diffusion, en charge du chantier de sexage d'embryons avec la qPCR organisé au GAEC de la Ferme MorelTransplanter uniquement les embryons femelles

Le 4 septembre, deux vaches en 4ème lactation et typées en morphologie ont été collectées. Il s’agit d’Adidas (Shottle x Rudolph), dont la petite-fille se place en 3ème position du classement européen, et Amy-Sam (Mr Sam x Storm) dont la grand-mère a été championne du monde. Sur la quinzaine d’embryons biopsiés, 8 embryons ont été révélés mâles. Les embryons femelles ont été mis en place dans la foulée sur des receveuses synchronisées.

Pour ce qui est des résultats, les éleveurs sont plutôt confiants. En TE, le taux de gestation sur l’élevage est, en moyenne, compris entre 78 et 80%. « La disponibilité de Bruno LARAGE, technicien spécialisé en TE chez Gènes Diffusion, nous donne de la souplesse dans notre organisation et dans l’utilisation des receveuses », indique Dominique MOREL qui, plus que jamais, continue à explorer les pistes pour toujours aller de l’avant.

Un 1er chantier réalisé avec la qPCR

Le sexage d'embryons avec la qPCR permet de réduire la quantité de matériel à transporter, le nombre de manipulations à effectuer et le temps nécessaire à la révélation de l’information génétiqueGrâce au travail des équipes du laboratoire de Recherche et Développement du groupe Gènes Diffusion et de la plateforme génomique Gènes Diffusion basée à l’Institut Pasteur de Lille, l’organisation des chantiers de sexage d’embryons, très gourmands en temps, est davantage simplifiée avec la technique de la PCR (Polymerase Chain réaction) en temps réel (qPCR).

Le recours à la qPCR permet de réduire la quantité de matériel à transporter et le nombre de manipulations à effectuer. Par conséquent, les risques de contamination sont limités, garantissant la fiabilité des résultats.

Par ailleurs, l’obtention et le traitement des résultats sont automatisés, ce qui présente l'avantage de réduire le temps nécessaire à la révélation de l’information génétique, permettant de réimplanter au plus vite l’embryon en frais et donc d’améliorer le taux de gestation.

Cette technique exclusive au groupe Gènes Diffusion est désormais proposée aux éleveurs. Trois unités mobiles de sexage en ferme sont opérationnelles sur l’ensemble du territoire couvert par l’équipe Transplantation Embryonnaire du groupe.

Réagir à cette actualité