[Igr]
 

Impact de la génétique sur les performances commerciales

Une étude réalisée en 2011 a permis de mesurer l'impact réel de l'apport de la génétique sur les systèmes naisseurs et naisseurs-engraisseurs. L’étude a consisté à comparer les performances commerciales de broutards et jeunes bovins connus en état civil bovin, en fonction du niveau génétique de leurs parents (index IBOVAL2011). L'objectif était de déterminer si ces critères influent sur le produit animal et par conséquent sur le revenu de l’éleveur.

Source : Etude réalisée Denis FARADJI de la coopérative ELVA NOVIA avec les données commerciales fournies par les Organismes de producteurs : ACTIS, CHAROLAIS HORIZON, CIALYN et GLOBAL avec les animaux nés chez les éleveurs adhérents des Entreprises de Mises en place : Ain Génétique Service, COOPEL et ELVA NOVIA.

 

Incidence du niveau génétique sur la vente des broutards

Incidence des mères

ALait

9654 broutards ont une mère indexée et sont pris en compte dans l’analyse.

Constat : on observe un écart de poids de 45 kg entre les broutards qui ont une mère indexée <90 sur ALait et ceux qui ont une mère indexée > 110 sur ALait. L’incidence économique, à âge égal, entre ces 2 catégories extrêmes est de 112 €.

On observe une réponse linéaire du poids âge type 320 jours en fonction du niveau d’index ALait des mères. Plus le niveau est élevé, plus le poids âge type 320 jours est élevé. L’indicateur ALait, qui permet d’apprécier le niveau génétique de ce caractère pour les vaches, est un prédicteur pertinent si l’on souhaite sélectionner des vaches qui sèvreront des broutards lourds.

Voir le graphique complet

 

IVMAT

Veau sous sa mère9617 broutards ont une mère indexée et sont pris en compte dans l’analyse.

Constat : on observe un écart de poids de 54 kg entre les broutards qui ont une mère indexée <85 sur IVMAT et ceux qui ont une mère indexée > 116 sur IVMAT L’incidence économique, à âge égal, entre ces 2 catégories extrêmes est de 135 €.

On observe une réponse linéaire du poids âge type 320 jours en fonction du niveau d’index IVMAT des mères. Plus le niveau est élevé, plus le poids âge type 320 jours est élevé. L’indicateur IVMAT, qui fait la synthèse des différents index élémentaires en traduisant l’aptitude des vaches à produire des veaux au sevrage, est un prédicteur pertinent si l’on souhaite sélectionner des vaches qui sèvreront des broutards lourds.

Voir le graphique complet

 

BroutardIncidence des pères

CRsev

8914 broutards fils de 837 taureaux ont un père indexé et sont pris en compte dans l’analyse.

Constat : on observe un écart de poids de 41 kg entre les broutards qui ont un père indexé <90 sur CRsev et ceux qui ont un père indexé > 116 sur CRsev. L’incidence économique, à âge égal, entre ces 2 catégories extrêmes est de 102 €. On observe une réponse linéaire du poids âge type 320 jours en fonction du niveau d’index CRsev des pères. Plus le niveau est élevé, plus le poids âge type 320 jours est élevé. L’indicateur CRsev, qui permet d’apprécier le niveau génétique de ce caractère pour les taureaux, est le meilleur prédicteur si l’on souhaite sélectionner des taureaux qui transmettront des broutards à fort potentiel de croissance.

Voir le graphique complet

 

ISEVR

8914 broutards ont un père indexé et sont pris en compte dans l’analyse.

CarcasseConstat : on observe un écart de poids de 25 kg entre les broutards qui ont un père indexé <92 sur ISEVR et ceux qui ont un père indexé > 124 sur ISEVR. L’incidence économique, à âge égal, entre ces 2 catégories extrêmes est de 62 €.

Le fait de comparer les PAV320 en fonction de l’ISEVR du père, implique que les caractères de facilité de naissance (IFNAIS) et de développement musculaire au sevrage (DMsev) notamment, réduisent l’impact économique constaté dans l’analyse en fonction de l’index CRsev. En effet un taureau qui a un bon niveau sur CRsev, ne possède pas forcément un bon niveau sur IFNAIS, ou sur DMsev.

Toutefois dans ce cas également, observe une réponse linéaire du poids âge type 320 jours en fonction du niveau d’index ISEVR des pères. Plus le niveau est élevé, plus le poids âge type 320 jours est élevé. L’indicateur ISEVR, qui fait la synthèse des différents index élémentaires en traduisant l’aptitude des taureaux à produire des veaux sevrés lourds et bien conformés, est un prédicteur pertinent si l’on souhaite obtenir des broutards lourds qui correspondent à la demande du marché.

Voir le graphique complet

 

Incidence du niveau génétique sur la vente des jeunes bovins

Incidence des mères

ALait

On observe un écart de présence des JB de 41 jours entre les 2 catégories extrêmes, soit une incidence économique de 94 €. En effet, un broutard sevré lourd grâce à l’effet d’une mère laitière, sortira plus tôt qu’un broutard qui aura un retard de croissance dû à un manque de lait.

Voir le graphique complet

 

IVMAT

On observe un écart de présence des JB de 78 jours entre les 2 catégories extrêmes, soit une incidence économique de 178 €. L’IVMAT étant composé de différents index, notamment CRsev et ALait déterminant dans les phénomènes de la vitesse de croissance. La réponse sur l’âge à l’abattage est forte et plus importante sur un cycle de production long.

Voir le graphique complet

 

Incidence des pères

CRsev

On observe un écart de présence des JB de 67 jours entre les 2 catégories extrêmes, soit une incidence économique de 154 €. Dans ce cas également l’impact du CRsev est plus important sur la vitesse de croissance dans un cycle de production long.

Voir le graphique complet

 

ISEVR

On observe un écart de présence des JB de 68 jours entre les 2 catégories extrêmes, soit une incidence économique de 156 €.

Voir le graphique complet

 

Conclusion

Couple Mère VeauL’analyse des performances commerciales en fonction du niveau des index (CRsev et ISEVR pour les taureaux, ALait et IVMAT pour les vaches), confirme l’impact positif et déterminant de ces caractères sur les poids et âges de vente.

On observe des écarts de performances commerciales importants en fonction du niveau génétique des parents. Le potentiel génétique des parents, et par conséquent celui des broutards et jeunes bovins présente un impact important sur le revenu des éleveurs.

Cette analyse démontre également que l’évaluation génétique actuelle fonctionne correctement, même si elle reste perfectible. Le développement d’une évaluation "génomique" permettra certainement d’obtenir une connaissance plus fine du potentiel génétique des reproducteurs et de gagner en efficacité dans les choix de sélection.

ALait

L’index ALait est un index élémentaire qui permet d’apprécier le niveau génétique des reproducteurs sur le caractère allaitement.

IVMAT

L’index IVMAT est un index de synthèse qui combine avec des pondérations différentes les index élémentaires.

CRsev

L’index CRsev est un index élémentaire qui permet d’apprécier le niveau génétique des reproducteurs à transmettre du potentiel de croissance (aptitude à prendre du poids) à leurs descendants.

ISEVR

L’index ISEVR est un index de synthèse qui combine avec des pondérations différentes les index élémentaires.

Le poids et l’âge de vente des animaux sont appréciés, pour les broutards : d’un Poids âge type vente à 320 jours : PAV 320

Analysé en fonction du niveau génétique des parents (IBOVAL2011)

Calcul de l’incidence économique sur la production de broutards : écarts de poids x 2.50 € (16.50 francs)
Prix aout – sept 2011