La vosgienne à l'assaut des Andes

Une première vient d'être réalisée par Gènes Diffusion avec la vente de 8 embryons de race vosgienne en Equateur.

Ces embryons sont issus de la vache INNOCENTE du GAEC des Hautes Huttes (Christian et Patrick Ancel) à Orbey dans le Haut-Rhin accouplée avec le taureau OSIRIS. INNOCENTE n'est autre que la mère du taureau ORBELAIS, n°1 de la race avec un ISU de 154.

Origine des embryons... le troupeau du GAEC des Hautes Huttes (famille Ancel) à Orbey (68) Destination des embryons... la ferme de F. Zambrano près de Riobamba en Equateur avec vue sur le ChimburazoEn Equateur, 73% de la production laitière s'effectue dans la "Sierra" soit entre 1000 et 3500 m d'altitude, 19% sur la bande côtière entre l'Océan Pacifique et les Andes, et enfin, 8% au pied des Andes côté amazonien.

Côtés pacifique et amazonien, le climat impose de recourir aux races zébuines ou croisées pour supporter les conditions climatiques. Dans la Sierra, le climat permet la production laitière avec les races d'origine Troupeau du GAEC Schubnel à Stosswihr (68)européennes, en particulier la holstein et la brown swiss. Néanmoins, au dessus de 2500-3000 m, ces races européennes, originaires de régions proches du niveau de la mer, commencent à avoir des problèmes de santé, en particulier de vasoconstriction pulmonaire, liée au manque d'oxygène et aux grandes amplitudes de température.

Aussi un éleveur, Fausto Zambrano, dont l'élevage est situé à 3400 m d'altitude, au pied du Chimburazo, sommet de Andes équatoriennes et culminant à 6268 m, a-t-il décidé d'essayer la race vosgienne. En croisement d'abord en utilisant LANCELOT, NAPOLEON, ORBELAIS, puis cette année avec l'importation de 8 embryons qui seront reposés par le Dr Francisco CAIZA, directeur de Produbiogensa, qui distribue la génétique Gènes Diffusion sur la majeure partie de l'Equateur.

Le troupeau de F. Zambrano se compose de 65 vaches croisées holstein, brown swiss, jersey, tarentais, etc… La production, dans un système 100% herbe sans complémentation, est de 13 litres par jour de moyenne.

Sur les hauteurs des VosgesSi, après avoir étudié en détail toutes les races laitières, Fausto Zambrano a choisi la Vosgienne, c'est parce que c'est « une vache d'une rusticité remarquable : excellente marcheuse, peu sensible aux changements de température, elle s'accommode des reliefs difficiles et des fourrages grossiers; elle est parfaitement adaptée à la montagne. Elle a une bonne fertilité en terrain carencé ».

Il sera très intéressant de suivre cette expérimentation qui ouvrira peut-être des perspectives intéressantes pour la race vosgienne dans des contextes de production difficiles.

 

 

Lire actu Lire les dernières actualités

Réagir à cette actualité

 

La Vosgienne est issue du massif des Vosges dont elle tire son nom. Elle provient de vaches venues dans le massif au XVIIe siècle. Elle aurait été importée par les soldats suédois pendant la guerre de Trente Ans. Elle a trouvé un terroir semblable à la Scandinavie et s'est naturellement adaptée au massif granitique et au climat des Vosges.

Le livre généalogique a été ouvert en 1928. Comptant jusqu'à 125 000 bêtes au début du XXe siècle, la race fut partiellement décimée et réquisitionnée par l'occupant durant les deux guerres mondiales et cessa d'être reconnue en 1947. Le troupeau de vosgiennes s'établissait aux environs de 3 000 têtes au début des années 1970 en France. En 1971, du sang de la race norvégienne télémark a été introduit.

Le plan de relance a été décidé en 1977 et financé par le Ministère de l'Agriculture. Il a permis son maintien et fait progresser les effectifs jusqu'à plus de 11000 têtes et sa réinscription au Catalogue officiel des races de vaches françaises. En 2004, 864 vaches et 70 taureaux étaient inscrits au registre. La semence de 53 mâles est stockée.

La vosgienne se reconnaît à la bande blanche plus ou moins régulière couvrant son dos ainsi que son ventre mais également à ses taches noires sur la tête. C'est un caractère hérité des vaches suédoises que l'on retrouve chez les bovins du rameau nordique. En général, ses cornes courtes en croissant se recourbent vers le haut quand elles sont laissées par les propriétaires. Elle est de taille moyenne : 135 cm au garrot pour un poids moyen de 600-650 kg pour la vache et 800 kg pour le taureau.

C'est une race classée mixte, donnant un lait de grande qualité et en quantité honorable. La race compte 1192 vaches contrôlées en France avec une moyenne de 3763 kg de lait à 37,0 de TB et 31,7 de TP en 281 jours. A noter que, sur ces 1192 vaches, 303 étaient en 5ème lactation et plus (25%). Ce lait est à la base des fromages munster. La race est aujourd'hui fortement associée à l'agro-tourisme dans le massif vosgien.

Deux sites à recommander :

www.racevosgienne.com

http://laracevosgienne.blog4ever.com