Le Sans Cornes, une génétique d’avenir

En septembre, l’Entreprise de Sélection Gènes Diffusion a invité tous les éleveurs participant à la procréation génétique et au testage en ferme du programme de sélection Charolais Optimal à une journée génétique sur le thème du Sans Cornes.

LaitonnesCe sont plus de 200 personnes qui ont fait le déplacement jusqu’à Châteauneuf-sur-Loire (45) pour découvrir les secrets du Sans Cornes. « Après avoir contribué pendant plus de vingt ans au cumul et à la procréation génétique dans le domaine du Sans Cornes, Gènes Diffusion poursuit et intensifie sa stratégie de sélection sur ce caractère », a souligné, à cette occasion, Patrick REVERSE, responsable du schéma. Et pour preuve : en 2012, 5 pères à taureaux et 297 mères à taureaux ont été utilisés dans les accouplements Sans Cornes, contre 2 pères à taureaux et 180 mères à taureaux en 2007. Par ailleurs, 18% des accouplements raisonnés réalisés en 2012 le sont avec des taureaux Sans Cornes, contre 10% cinq ans plus tôt. Quant aux trois dernières séries, elles mettent en avant 18 taureaux issus de 11 pères différents et 13 grands-pères différents. L’index maternel (IVMAT) atteint, en outre, les 113 points, lors de la dernière série.

LaitonnesDemain plus de 20% des accouplements

Si les inséminations en Sans Cornes représentaient 6% de l’activité en 2005, elles dépassent aujourd’hui les 11%. « On peut penser que très rapidement, on va doubler ce chiffre et dépasser les 20% », note Patrick REVERSE.

Pour poursuivre le développement du Sans Cornes, « d’autres taureaux homozygotes et hétérozygotes de même niveau en Qualités Maternelles et en Morphologie que les cornus vont être diffusés à moyen et long terme, en ayant recours aux technologies de pointe telles que la sélection génomique, la Transplantation Embryonnaire et l’OPU-FIV », envisage Sébastien LANDEMAINE, co-responsable du schéma.

Pour lui, le Sans Cornes est une génétique d’avenir. Le développement du schéma qui s’appuie sur la Charte Sans Cornes (22 éleveurs) va être possible via la maîtrise des accouplements, l’augmentation de la pression de sélection, du nombre de candidats et de taureaux, mais aussi via les avancées de la recherche sur le Sans Cornes ainsi que sur d’autres gènes d’intérêt. Ces dernières ont été présentées par Aurélien CAPITAN (chercheur à l’UNCEIA). Sur ce sujet, Gènes Diffusion et l’INRA ont collaboré sur plusieurs dossiers, et en particulier dans le projet de recherche « Hornout» afin d’étudier les mécanismes génétiques impliqués dans le phénotype « Sans Cornes» en race charolaise. Ces travaux ont, pour l’instant, permis de découvrir plusieurs modes de transmission du caractère « cornes branlantes» et d’éliminer ceux qui sont défavorables à l’élevage.

Laitonnes

Une présentation de qualité

LaitonnesPour illustrer la nouvelle génération de taureaux Sans Cornes, les participants ont pu découvrir une présentation au pré des descendances Sans Cornes dans l’élevage de l’EARL PRUD’HOMME (Chateauneuf-sur-Loire – 45) avec la participation des femelles des élevages HOUDMON (45), DUBAN (89) et du GAEC de la CHAUDRONNERIE (45). Il s‘agissait là d’une présentation de qualité qui a suscité un grand intérêt.

Réagir à cette actualité

 

Chaîne You Tube de Gènes Diffusion