GAEC de l’Aumône : faire de la qualité simplement

Installé sur le site d’une ancienne ferme d’un monastère proche de l’élevage à Moutiers Saint-Jean, en Côte d’Or, le GAEC de l’Aumône est une des plus célèbres exploitations françaises. Incontournable dans le paysage génétique français, l’élevage est à l’origine d’un grand nombre de taureaux Holstein entrés dans le catalogue Gènes Diffusion, entre autres. N°1 français en ISU, le GAEC de l’Aumône reste un élevage déconcertant de simplicité. Géré par les frères Challan Belval depuis de nombreuses années, ils consacrent néanmoins beaucoup d’énergie à ses différents troupeaux. Visite dans l’un des plus performants élevages laitiers de l’hexagone, situé au cœur du pays…Charolais.

Le GAEC de l'Aumône à Moutiers St Jean (21) : un élevage comme les autres...C’est en 1946 qu’Antoine Challan Belval commença l’aventure de ce qui constitue aujourd’hui l’un des plus beaux troupeaux Holstein français. Et l’histoire retiendra que tout a débuté à partir d’un élevage…de simmental ! Race qui existe toujours dans l’élevage puisque le GAEC de l’Aumône est également n°1 en ISU en simmental. Après une brève tentative, dans les années 70, en race montbéliarde, les frères Challan Belval ont opté pour la Holstein dans les années 80.

Ce choix coïncide avec un changement de cap lié à l’installation d’une nouvelle salle de traite en 1986. L’arrivée de ce matériel flambant neuf démarre pourtant laborieusement. Les vaches adultes (simmental) de l’époque s’acclimatent mal dans la nouvelle salle de traite et accusent rapidement une baisse de production. Constat qui a poussé les frères Challan Belval à travailler leurs meilleures simmental en race pure et, surtout, à faire le pas vers la Holstein. Pour le coup, 10 génisses « noires » intègrent le troupeau. « Ces Holstein, arrivées en dépannage, se sont finalement imposées presque naturellement » racontaient les frères Challan Belval à PLM en mai 2008.

Les 10 génisses ont vite laissé la place à d’illustres représentantes de la race Holstein, permettant ainsi d’entrer de plein pied dans la génétique Holstein de haut niveau. En y regardant de plus près, le GAEC de l’Aumône a cela de formidable qu’actuellement, le troupeau est constitué d’au moins 8 souches Holstein de très grande qualité. Parmi ces illustres familles, plusieurs ont donné de formidables taureaux au schéma de sélection Gènes Diffusion.

Des familles au niveau laitier marqué

Prune EX91, grand-mère maternelle de VIDOCQ et, surtout, grande laitière avec, en moyenne, une production de plus de 60 kg de lait sur sa dernière lactationParmi les dernières nouveautés issues du GAEC de l’Aumône, nous retrouvons le taureau VIDOCQ, un fils de TEAMSTER sur R MARSHALL. L’origine de la souche VIDOCQ remonte à une génisse achetée par les frères Challan Belval en 1993 lors d’une vente aux enchères organisée par le CIA de Norges. François et André Challan Belval repartent avec Ilote, une génisse (issue d’un embryon américain) au pedigree séduisant : MASCOT sur la célèbre MATRON une EX 93 ROYALTY à 20 000 kg de lait en 305 jours x MARS MARCY TONY. D’ailleurs, Ilote (EX 93) demeure le premier investissement de l’élevage dans la génétique Holstein de haut niveau.

Surge, fille de Prune EX91 et mère de VIDOCQFlairant le « bon coup génétique », les frères Challan Belval collectent Ilote avec certains des plus grands taureaux Holstein de l’époque dont DOMBINATOR, CELCIUS, GIBBON, CASH ou RUDOLPH. L’accouplement avec CELCIUS donnera, entre autres, une autre grande laitière marquante du troupeau : Luciole TB89. Elle mettra au monde Nuptiale TB 88 (ESENTATION), elle-même donnant naissance à la grand-mère maternelle de VIDOCQ : Prune EX91 (HAIRYBREIZ). Grande laitière également, Prune affichait plus de 18 374 Kg de lait pour sa 3ème lactation dont le meilleur contrôle à atteint 80,4 kg ! « C’est un rameau qui a donné beaucoup de précocité laitière sur au moins 10 générations ! » précise René Challan Belval. A l’image, notamment, de Luciole et Prune, VIDOCQ « confirme la souche laitière de sa famille maternelle » précise David COUHARD, relais Holstein du schéma Gènes Diffusion. « C’est une famille qui a une très grande capacité laitière » renchérit Thierry LAPOSTOLET, technicien génétique Holstein à Coop Evolia.

Le lait est de toute façon l’un des objectifs principaux de l’élevage. « Une vache qui ne donne pas de lait n’a pas sa place chez nous » prévient François Challan Belval, le plus ancien des frères.

Remarlinda, la meilleure JOCKO BESN

Remarlinda EX90, une reproductrice hors pair. Mère, entre autre, de Vojica, Vivajustice, Annabella...Née en avril 2000, Remarlinda est issue d’une femelle (Nadia) achetée lors de la vente « capitale » de 1999, organisée par l’UPRA Holstein pendant le SIA de Paris. « Remarlinda EX90 a été nominée pour la meilleure vache de l’année dans le magasine Holstein International. Elle était probablement l’une des meilleures JOCKO et en plus, c’était une JOCKO qui donnait beaucoup d’embryons » précise René Challan Belval. Elle a, en effet, produit plus de 120 bons embryons pendant sa carrière de reproductrice. Des embryons qui ont séduit beaucoup d’acheteurs, même à l’étranger. « Les Hollandais et les Allemands étaient satisfaits des produits qu’elle a engendrés » ajoute René. « C’est une souche où chaque acheteur a retrouvé son investissement » précise David COUHARD.

Une autre mère à taureau de l'élevage : Vogica, mère de BERNACDe ces nombreux accouplements Remarlinda a généré un grand nombre de reproducteurs. Ses petits fils se sont fait remarquer dans le schéma de sélection Gènes Diffusion. Il lui doit déjà 3 Premium, BERNAC, COPACABANA, BUBASTIS, ou des taureaux de Pack plus anonymes comme DIDAN, pourtant père à taureaux, ou DANUBE (tous nés dans l’élevage). « L’arrivée de La célèbre photo des filles de BERNAC prise au GAEC de l'Aumône : Benarlinda, Bella et Barabara, toutes issues de l'élevagela génomique a permis de faire briller cette famille sur les deux dernières générations » indique David COUHARD. Plus d’une douzaine de petits-fils ont été génotypés par Gènes Diffusion pour son programme génomique.

La souche Remarlinda est la souche majeure du GAEC de l’Aumône puisque les descendantes de la célèbre vache constituent presque 35% du troupeau actuel. C’est une souche qui donne beaucoup de lait bien sûr, avec des taux, des bonnes mamelles et de bonnes pattes. « Globalement, la lignée fait des femelles avec une très bonne solidité générale » résume Thierry LAPOSTOLET.

Un troupeau avec une réserve génétique « énorme »

Biguine, issue de la souche Naurine, a déjà généré  d'excellents produitsChaque souche de l’élevage mériterait que l’on s’y intéresse et que l’on en parle. Parmi elles, nous pourrions citer la célèbre souche Naurine qui a donné VAUCLUSE et, récemment, UMANCE à Gènes Diffusion. Cette même souche a permis d’engendrer la vache Biguine TB85 (Mascol x Taurie x Hershel x Naurine x Gibbon), récemment achetée lors de la vente aux enchères d’Eurogénétique en 2007. « Depuis, elle a produit 10 veaux : 1 mâle et 9 femelles avec 5 taureaux différents ! » détaille André Challan Belval.

Avec un tel réservoir génétique, chacun peut s’interroger sur la manière dont les frères Challan Belval mènent leurs accouplements. « Notre façon de faire est relativement simple : nous mettons de l’ISU sur de l’ISU sur de l’ISU en combinant au mieux les autres caractéristiques. La difficulté est de ne pas sortir de ce schéma » Vivajustice, mère de DIDAN et BUBASTISexplique René. Autrement dit, le GAEC travaille sur le cumul de pères à taureaux. « A chaque nouvelle sortie d’index, ils me demandent toujours la liste des nouveaux pères à taureaux et ils ne s’intéressent qu’à cette partie de l’offre génétique » renchérit Thierry LAPOSTOLETAnnabella, fille de Rémarlinda et mère de COPACABANA qui aide les 3 frères dans l’analyse des choix d’accouplement. Pour atteindre un tel niveau, l’élevage mise également sur la nouveauté en rentrant, en moyenne chaque année, une nouvelle souche Holstein dans le troupeau. Sur la dernière campagne d’accouplements, nous retrouvons des taureaux comme COLDFRIEND RF, THILLOT, VAUCLUSE, BERNAC, COPACABANA ou DIDAN.

Et cela marche ! Même au niveau de la morphologie, puisque la moyenne du dernier pointage du troupeau est de 85.7 points avec 2 primipares à 88 points et 5 autres à 87 points.

Un élevage comme les autres … mais différent

Les frères CHALLAN BELVAL avec Thierry LAPOSTOLET (à gauche au premier plan), de Coop Evolia et David COUHARD (à droite) du schéma Gènes Diffusion, les techniciens référents du GAEC de l'AumôneQuand on arrive à proximité du GAEC de l’Aumône, rien n’indique au visiteur qu’il se trouve près de l’un des meilleurs élevages français, n°1 en ISU sur deux races laitières à la fois. Rien ne transparait de cet élevage qui, de l’extérieur, ressemble à s’y méprendre à n’importe quel élevage laitier. Oui mais voilà, l’histoire et l’état d’esprit du GAEC de l’Aumône viennent probablement de sa situation : situé au cœur du pays du Charolais, la famille Challan Belval a toujours montré sa passion pour les races laitières et pour la sélection. Du père aux 3 frères, la passion des vaches et Encore une vache de l'élevage qui mérite le détour :  Cruz (ROUMARE x TEAMSTER) qui fait notamment partie de la descendance de ROUMARE présentée à Eurogénétique 2010 sur le stand Gènes Diffusionde la génétique a toujours poussé les éleveurs à réfléchir autrement la sélection, et à s’y tenir ! Aidés en cela par Coop Evolia, leur coopérative d’IA, avec laquelle ils nourrissent une profonde relation de confiance, les 3 frères ont su garder une approche génétique simple mais efficace. Même climat de confiance avec Gènes Diffusion qui puise régulièrement dans l’élevage pour son « sourcing » génétique. « Malgré le succès de leur troupeau, ce sont des éleveurs qui ont toujours su garder la tête froide » constate Thierry LAPOSTOLET de Coop Evolia. Rester simple, voilà peut-être la recette du succès...

Réagir à cette actualité

 

Votre avance est notre passion
  

Lait Autour du Monde

Installé sur 280 hectares en polyculture élevage, le GAEC de l’Aumône partage sa superficie entre prairie et culture. François est le premier à rejoindre son père Antoine sur l’exploitation en s’y installant en 1975, date de la création du GAEC. Il est suivi quelques années plus tard par son jeune frère André en 1986 qui remplace ainsi son père Antoine, parti en retraite. Aujourd’hui, les éleveurs sont à la tête d’un troupeau où tout est minutieusement organisé. Pays du Charolais oblige, le GAEC dispose entre autres d’une quarantaine de charolaises races pures, réservées exclusivement au transfert d’embryons en tant que receveuses. A cela s’ajoute les 80 laitières : 70 Holsteins et 10 Simmentals. Pour gérer un tel troupeau, chaque acteur a un rôle bien déterminé.

François CHALLAN BELVALFrançois dispose d’un profil plus animalier et s’occupe plus naturellement de la traite et de la conduite des vaches laitières (soins, alimentation, etc…). Il s’occupe également de la surveillance des différents troupeaux.

André, quant à lui, s’attache plus particulièrement à l’élevage des génisses.André CHALLAN BELVAL Se définissant également comme un « technico-commercial », il a en charge les relations avec l’extérieur, notamment pour la vente de génétique (embryons, génisses ou mâles).

La description du casting ne serait pas complète sans mentionner le 3ème frère : René. Ce dernier n’est pas installé auRené CHALLAN BELVAL GAEC mais participe fortement sur les orientations génétiques et logistiques. Ancien salarié de l’Institut de l’élevage, René est actuellement Responsable de production au sein de la Coopérative Ain Génétique Service.

Enfin, citons également Maria Challan Belval, l’épouse de François, qui s’est installée avec son mari et son beau-frère dans les années 90. Elle est en charge de la comptabilité de l’exploitation à mi-temps car Maria est également maire de Moutiers Saint-Jean.

Orienté clairement sur l’élevage laitier depuis le début avec la simmental, l’exploitation ne néglige pas pour autant la culture. Salarié pendant 8 ans au sein de l’exploitation, Jérome BOUQUIN, 25 ans, vient de s’installer également auprès des frères Challan Belval. Jérome s’occupe principalement des gros travaux des champs et vient donner un coup de main, en hiver, pour l’alimentation des laitières.

Lait Autour du Monde

- Troupeau de 310 têtes

- Quota laitier de 730 000 litres (au 19/02/2010)

- Une moyenne de 10 796 Kg de lait par vache sur les 12 derniers mois

- 44 en TB

- 32,4 en TP

- 816 kg en Matière Utile en moyenne dont 1 340 Kg en 305 jours pour Titelinda, fille de Remarlinda

- N°1 en ISU en race Holstein pour l’année 2009 avec 156 points

- N°1 en ISU en race Simmental pour l’année 2009

- 8 vaches dépassent les 15 000 kg de lait produits en 305 jours dont cette année TITELINDA (Trent/Remarlinda) avec 18 255 kg à 42.5 TB et 31.0 TP. C’est la 2ème vache de l’élevage à dépasser les 18 000 kg après la grand-mère de VIDOCQ